Dormir 4h par jour, rêve, cauchemar, ou réalité ?!

Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

Et de 4 !

Cela fait 4 mois que j’ai débuté le sommeil polyphasique, petit bilan:

– comme décrit dans le post précédant, j’ai essayé depuis 2 semaines de réduire la durée de ma nuit de 4h a 3h40. Je n’en suis pas très loin comme on peut le voir ici (je traine qq 5-10min au lit en général):

En tous les cas, cela a facilité mes réveils d’une manière générale.

– concernant mes siestes en journée, c’est vraiment le gros point positif. Depuis je dirais 2-3 semaines, mes siestes sont vraiment excellentes. J’entends par la que je m’endors très facilement, je rêve rapidement, et j’en ressors vraiment revigoré! Rêver en plein journée est vraiment très agréable, surtout quand on se rappelle de ses rêves, ce qui m’arrive quelques fois (je ne suis pas très doué pour ca a la base). Du coup, ça rend les journées de boulot plus sympa 😉

Donc globalement, en faisant de bonnes siestes, et en compensant d’éventuels manques de sommeil au moins une fois par semaine avec une nuit de 3 cycles de sommeil (soit ~5h30), je dirais que mon état de forme est vraiment bon. Mis a part les 1-2h après le réveil ou je suis parfois encore dans un état un peu vaseux, je trouve que j’ai vraiment encore franchi un cap dans l’adaptation au rythme Everyman. Je commence a mieux comprendre ce que j’avais entendu avant de débuter le sommeil polyphasique: qu’il fallait ~6mois a l’organisme pour totalement s’y habituer. Je sens que je me rapproche de cet état, je dirais que je suis a 80% du chemin 😉

Publicités

La révélation !

Si vous avez suivi ce blog depuis le début, vous saurez que je me suis lancé dans le sommeil polyphasique un peu sur un coup de tête, par intuition, a un moment de ma vie que je pensais propice. Mais du coup je n’ai pas fait l’étude principale pour me préparer, qui je pense m’aurait faciliter la vie: déterminer la durée de mon cycle de sommeil (qui se répète plusieurs fois pendant la nuit). En conséquence, j’avais essayé de le déterminer durant la période d’adaptation, en notant les heures ou je sentais la fatigue me tomber dessus. J’en étais arrive a la conclusion que mon cycle était d’une durée de ~2h. Cela paraissait en fin de compte plausible pour 2 raisons majeures:
– déjà, la durée moyenne de la population varie de 1h30 a 2h, ce qui expliquerait pourquoi je faisais avant partie des gros dormeurs nécessitant bien 8-10h de sommeil pour se sentir bien, alors que d’autres se contente naturellement de 6-7h de sommeil.
– Ensuite, car tout est allé beaucoup mieux pour moi quand je suis passe d’une nuit de 3h a 3h30, puis de 3h30 a 4h, qui est maintenant ma durée de nuit “nominale”. Pour rappel, j’avais commence par 3h, car j’avais vu ça a droite a gauche sur internet, mais je réalise que c’était stupide, car si mon rythme de sommeil est de 2h, cela veut dire que je me réveille en plein milieu de mon deuxième cycle, ce qui est très mauvais, et engendre de durs réveils! (et oui quand on est un zombie on est pas fute fute, alors il faut mieux bien se préparer avant! Cf. Section “Conseils pour débuter” 😉

Malheureusement, depuis je dirais un gros mois, j’ai de plus en plus de mal a me réveiller. D’accord, il y a eu la semaine de vacances, suivi du contre-coup, mais même avant ça, j’avais un peu de mal. La dernière semaine a également été un peu chaotique, même si c’était beaucoup du au fait que j’essayais de me réveiller par moi-meme.

En tous les cas, ces dernières semaines, j’ai fait pas mal de grosses nuits (5-7h), mais aussi des nuits “infinis” (9-10h) a mon échelle de polyphasique, ou je me suis réveillé tout seul, car ayant assez dormi. J’ai donc pu commencer a essayer de comptabiliser la durée totale de ma nuit, et a diviser par des multiples d’un nombre entre 1h30 et 2h (cf section “Conseils pour débuter”). Malheureusement, ce n’est pas si facile, car il faut penser a noter exactement l’heure de coucher, ainsi que l’heure du réveil, ce qui n’est pas forcement facile après une soirée bien arrosée!! 😉 ou quand on n’avait pas prévu de dormir longtemps! Mais quoi qu’il en soit, j’ai commencé a remarquer que la durée de mon cycle était peut-être d’un peu moins de 2h en fait, même si je n’en avais pas vraiment de certitude.

1h50! C’est mon nombre magique! Je vous explique tout de suite pourquoi!

La révélation! j’ai mis ça en titre de ce post, ça peut paraitre con mais c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti, et l’anecdote est sympa. C’était durant le week-end ou nous sommes allé a Barcelone avec quelques amis pour enterrer la vie de garçon d’un ami. Après une dure journée a visiter la ville, glaner dans les resto, j’avais quand même réussi a faire 2 siestes (et oui l’espagne!!): une vers 20h, et l’autre vers minuit avant d’aller en boite. La veille j’avais bien dormi, pour “emmagasiner” du sommeil, car je savais que j’allais en avoir bien besoin. J’ai la super forme toute la nuit, mais sur le coup des 7h du mat, nous sommes en boite, et la je sens la fatigue me tomber dessus comme une massue. Dans mon cerveau c’est genre “Alerte! Alerte! Low battery!! Extinction des feux d’une minute a l’autre!”. Du coup je me trace pour rentrer a l’appart, et je m’endors comme une masse sur le coup des 7h30 pétantes. Étonnamment, malgré cette grande fatigue, je me réveille tout seul vers les 9h20, soit après 1h50 de sommeil. Bien sur je me rendors instantanément, pour me réveiller ensuite, encore sans alarme, vers les 11h10-15, soit encore après ~1h50! Enfin un signal clair! et je me lève… content! Pourquoi?! parce que ça veut dire que j’aurais sur-estimé la durée de mon cycle de sommeil de ~10min. Cela peut paraitre négligeable, mais il ne faut pas oublier que c’est une durée a multiplier par 2. En effet, cela veut dire que pour ma nuit (qui compte 2 cycles de sommeil) je ne dois pas me lever après 4h comme je le pensais, mais au bout de 3h40! Cela expliquerait pourquoi j’avais de plus en plus de mal a me réveiller ces dernières semaines, car en mettant mon alarme pour me réveiller après 4h, je cherchais en fin de compte a me réveiller durant mon 3eme cycle de sommeil! Cette différence de 20min n’est pas sans importance, car pour avoir observe mes phases de sommeil pendant plusieurs mois maintenant, je sais que durant les 1-2 premiers cycles, c’est la que le sommeil très réparateur se concentre (REM et profond): une erreur de réveil a donc plus de chance de tomber a un moment inopportun!

Depuis ce jour, je règle toujours mon réveil pour me réveiller après 3h40, et non plus 4h.

PS: Je ne sais pas trop comment interpréter cette « découverte » (lol):
– soit je m’étais trompé il y a 3 mois quand j’avais essayé de déterminer cette durée de 4h…
– soit mon nouveau rythme de sommeil est en train de faire diminuer la durée de mon cycle de sommeil, hypothèse que je trouve beaucoup plus intéressante 😉 et plausible, car après tout, depuis 3 mois je suis en train de dire a mon cerveau de diminuer le temps passé en sommeil léger!

Se réveiller par soi-même ?

Se réveiller tout seul comme un grand, sans alarme, c’est aussi un des objectifs que je m’étais fixe au début (cf section “Mes objectifs”). C’est en fait un objectif majeur, car beaucoup de théorie circule comme quoi ce sont les alarmes qui nous réveillent chaque matins contre nature, qui sont a l’origine de beaucoup de maux de notre société (physiquement et psychologiquement). Sans entrer dans le débat, c’est vraiment un de mes objectifs majeurs sur le long terme, mais je n’ai pour ainsi dire pas eu l’occasion de travailler la-dessus, après seulement deux petits moi de sommeil polyphasique!

Cette semaine, j’en profite donc pour essayer le protocole suivant:
– régler mon réveil 30minutes plus tard que d’habitude.
Avant de me coucher: me répéter mentalement plusieurs fois qu’il est telle heure, et que je dois me réveiller absolument a telle heure + 4h, par moi-même. Ça donne un truc du genre: “OK Nico il est 1h, tu vas dormir et te réveiller sans faute dans 4h, a 5h du mat, car tu as plein de choses importantes a faire demain” que je répète plusieurs fois. Bon la dernière phrase est souvent un mensonge, mais j’ai bien le droit de mentir a mon cerveau quand même et surtout c’est je pense important car les seules fois ou j’ai réussi a me réveiller par moi-même dans ma vie, c’était avant de prendre un avion très très tôt le matin, ou avant des exams super importants.
NB: ce second point peut surement vous faire marrer, mais a bien y réfléchir, si vous même ne dites pas a votre cerveau, ou votre corps, de se réveiller, qui va le faire? Le Saint Esprit? la mère Noël?!!! Alors, a moins de trouver un ami qui me parlerait pendant que je dors 😉 si je ne veux pas que ce soit mon réveil qui m’arrache du sommeil, je préfère parler a moi-même! De plus, cette technique est également corroborée par les nombreux témoignages de personnes qui parviennent a se réveiller par elles-mêmes.

Les résultats ne sont malheureusement pas géniaux. La principale raison est déjà que souvent j’oublie tout simplement de me parler avant de dormir, ou alors que je ne le fais pas avec assez de conviction. C’est bien sur la conséquence que je n’ai jamais pratiqué ça depuis que je suis né, alors je ne vois pas comment une semaine je pourrais prendre cette habitude! Acquérir la capacité de se lever par soi-même est certainement prématuré pour moi, car mine de rien j’ai des semaines vraiment intenses niveau travail/sport/sorties, et le soir je vais au lit vraiment fatigué. Quoi qu’il en soit, je vais m’efforcer de pratiquer cette technique de plus en plus régulièrement, dans l’espoir que quand j’aurais bien mieux acquis le rythme polyphasique, au bout de 6 mois – 1 an, cela deviennent plus aisé.

Periode d’adaptation: le retour!

Après ces vacances mi-polyphasique mi-monophasique, le contre-coup n’a pas tarde a se faire sentir. Dès mon retour sur Marseille, avec la ferme intention de reprendre un strict régime polyphasique, j’ai vraiment énormément de mal a me réveiller le matin, comme vous pouvez le voir:

Il m’arrive souvent de me rendormir même après que mon réveil de sécurité ait sonne! Du coup, pour éviter de casser les noix a mes colocs, je me délocalise dans le salon pour dormir la nuit, et je place mon réveil de sécurité (pour rappel, celui qui sonne comme une alarme a incendie!!) a l’autre bout de la pièce, pour m’obliger a me lever. Mais ça n’y change pas grand chose parfois, et je me rendors quand même souvent après avoir voulu m’octroyer 10min de sommeil supplémentaire, qui se transforme en 1h voire plus. En gros, je me croirais en pleine “période d’adaptation”(cf section “Le sommeil polyphasique c’est quoi?”), même si c’est bien moins dure qu’au tout début de l’aventure, ou j’étais vraiment un zombie toute la journée. La je dirais plutôt que c’est une “mini-période d’adaptation”, et que c’est vraiment dur le matin, alors que la journée ça va vraiment bien. Mais quoi qu’il en soit, ça dure bien 5-6 jours, et ça fait vraiment mal au c*l, pardonnez-moi l’expression, de retraverser tout ça!! 😦

Un mix pour Noël!

Second gros challenge pour mon sommeil polyphasique! Pour rappel, la premier avait été une semaine a Paris, hors de mes petites habitudes d’apprenti dormeur polyphasique (cf post « Semaine test! »). Cette fois-ci, ce sont les vacances de Noël! Et oui pas le choix, trop de boulot ou pas, c’est le temps pour la famille, la bonne bouffe, la fête! bref l’occasion de faire un gros break régénérant.

Malheureusement, c’est aussi potentiellement pour moi l’occasion de briser l’équilibre encore fragile de mes nouvelles habitudes de sommeil. C’est aussi l’occasion d’essayer, malgré moi, et peut être trop tôt, l’objectif que je m’étais fixé au tout début (cf section “Mes objectifs”): parvenir a alterner entre rythme polyphasique et monophasique. Si cela ressemble au graal du dormeur, je doute encore que cela soit réalisable en pratique, ou du moins viable sur le long terme, mais je fais confiance a un ami maitre Yoda du sommeil polyphasique, qui parvient a faire des nuits de 2h en semaine, et des nuits de 12h le week-end! Mais lui a des années de sommeil polyphasique derrière lui, donc je m’attends a me casser les dents pour cette première tentative, mais bon qui ne tente rien n’a rien!

Globalement, le principal obstacle pour continuer mon sommeil polyphasique durant les vacances a été de vivre, et de vouloir passer beaucoup de temps avec ma famille, des dormeurs monophasiques, sans avoir de réel impératifs pour me lever. Et oui en vacances, aucune envie de travailler, plein d’autres choses plus intéressantes a faire, mais du coup pourquoi se lever a 5h du mat?! Un exemple marrant, pour l’anecdote, mon surlendemain de noël! Vous pouvez voir ici que je me suis levé après une nuit de 4h:

mais c’était chez mes cousins, chez qui toute ma famille était restée dormir. A 6h du mat, j’étais le seul réveillé dans le salon, mais tous les autres dormaient! Après avoir tenté de m’occuper un peu, je réalise l’absurdité de la situation et je me rendors pour 2h, et me réveille ensuite en même temps que tout le monde! Encore une fois je me dis avec le recul: “Ne pas trop en faire Nico, ca peut devenir n’importe quoi sinon!!” 😉

Concernant les siestes en journée, il y a plusieurs jours ou je n’ai pu faire qu’une seule sieste l’après-midi, voire une le soir en plus, typiquement les journées de fête, ou les lendemains de grosses soirées. Mais globalement, j’ai commencé a adopter la chose suivante: quand je fais une grosse nuit de 5h30 voire 7h, je zappe la sieste du matin, qui devient superflue, car je ne suis pas réellement fatigué vers les 11h, et car j’ai déjà largement mon quota de REM pour la journée.

Entre ces journées que je qualifierais d' »espagnol », avec une grosse nuit, et une sieste en journée, j’essaye au maximum de faire des journées strictement polyphasique, et étonnamment cela marche plutôt bien. J’ai en quelques sorte retrouvé la faculté d’accumuler du sommeil en prévision d’une longue période ou je sais que je ne pourrai pas dormir, aptitude que j’avais totalement perdue depuis le début de l’expérience, ou mon cerveau faisait littéralement un “Shutdown” s’il n’avait pas fait de sieste depuis plus de 5-6h…

Mes impressions a la fin des vacances sont plutôt mitigées malgré la flexibilité que j’ai acquise: alterner sommeil monophasique et polyphasique a été beaucoup moins difficile que ce que j’avais imaginé, mais je me doute quelque part que ce n’est surement qu’une impression… Je dirais plutôt que je me suis laissé amadouer par la douceur des bonnes grosses nuits de sommeil de mon passé! Nostalgie quand tu nous tiens! 😉

PS: J’allais presque oublié: ça fait 3 mois que j’ai débuté le sommeil polyphasique!

Chaos

Cette semaine a été un peu chaotique. Comme vous pouvez le voir sur ces graphiques, j’ai de plus en plus de mal a me réveiller les matins:

C’est peut être la conséquence du trop-plein de boulot qui me gâche quelques siestes en journée, ou bien une conséquence a retardement d’avoir zappé ma grasse matinée de samedi dernier le 10dec. Je ne l’ai pas faite car je voulais travailler le samedi matin pour pouvoir faire plus de truc hors-travail le week-end, mais ça a vraiment été une erreur. Je ne suis pas encore un assez bon dormeur polyphasique, j’entends par la que mes siestes ne sont pas encore parfaitement régulière, et que je n’ai peut être pas encore trouvé le rythme (horaires, durée et nombres des siestes) qui me convient le mieux. Du coup, un peu de fatigue s’accumule mine de rien au cours de la semaine, et c’est pourquoi je m’étais fixe de faire de plus grosses nuits au moins une fois par semaine, a commencer par le vendredi soir.

Morale perso: Ne pas vouloir trop en faire avec ce sommeil polyphasique, au risque de trop tirer sur la corde et de la casser!

Note pour plus tard: Ne pas ignorer les bonnes décisions que j’ai prises dans le passé!

Semaine de croisière

Semaine vraiment régulière, et mes siestes en journée sont de mieux en mieux!

Pour info: le samedi matin, je n’avais pas enregistré ma nuit, mais je n’ai pas fait ma grasse mat’ de 5h comme d’habitude (cf post suivant)…

%d blogueurs aiment cette page :